L’intérêt pour la cigarette électronique toujours en déclin


J’écrivais l’année dernière à la même période un article alertant du déclin de l’intérêt pour la cigarette électronique en utilisant comme données les chiffres de recherches Google sur le sujet en France et dans le monde – Cigarette Électronique la chute 2014 – Que je vous invite à lire pour profiter d’une vision plus élargie du phénomène avant de poursuivre ici.

J’y expliquais que même si prendre en compte le critère des recherches sur le plus utilisé des moteurs de recherche n’était pas fondamentalement équivalent à une étude approfondie, on pouvait tout de même y voir une tendance fiable de l’intérêt du public pour la cigarette électronique. Et j’y constatais une chute brutale des recherches (et donc de l’intérêt) de -55% entre décembre 2012 et novembre 2014 pendant que dans le monde entier la baisse n’était que de 18%. Pas réjouissant pour l’avenir de la e-cig en France vous en conviendrez…

Un an plus tard qu’en est-il ?

Tout d’abord voyons les résultats des recherches sur le mot clé cigarette électronique en France de décembre 2014 à novembre 2015.

chiffre cigarette électronique france 2015

Nous avons un nombre total de recherche de 1 331 000 pour une moyenne mensuelle de 110 217. Constatons que le volume des recherches mensuelles est, de relativement stable, à légèrement descendant.

Et par rapport à 2014 ?

Cela devient tout de suite beaucoup moins drôle surtout quand on sait qu’une baisse de -55% a été constatée entre 2012 et 2014. En orange c’est 2014, en bleu c’est 2015.

comparatif cigarette électronique france 2014-2015

En 2014 il y a eu 2 662 000 recherches sur le terme pour une moyenne mensuelle de 221 833. Le verdict est encore malheureusement sans appel ! Une baisse d’intérêt d’un peu plus de 50% à la suite des 55% de l’année dernière.

Comparons cette fois-ci avec le reste du monde francophone

L’année dernière nous comparions ça avec le reste du monde, cette fois-ci, bornons-nous au reste du monde francophone sur le même terme de recherche, les événements récents au Canada etc… me motivant à le faire. Pour rappel, nous constations -18 % d’intérêt sur le reste du monde entre 2012 et fin 2014.

Voici le graphique comparatif entre 2014 et 2015 sur le terme Cigarette Électronique dans l’ensemble du monde francophone.comparatif cigarette électronique monde 2014 2015

3 612 000 recherches en 2014, 1 620 000 en 2015, c’est encore la douche froide avec presque -60% sur l’ensemble de la francophonie entre 2014 et 2015.

Qu’en conclure ?

Certains ont avancé l’année dernière qu’éventuellement le terme « cigarette électronique » était dépassé et que cela pouvait fausser ce genre de micro-analyse de niche. Je n’en crois rien. Il reste le terme commun employé par une majorité de vapoteurs et surtout par les non-vapoteurs susceptibles de se renseigner sur nos pratiques via le Web. Je pense juste qu’il faut se rendre à une certaine évidence.

Désinformation permanente, manque d’actions concrètes pour promouvoir la e-cig, désunion ou même fantasme d’une soi-disant communauté soudée de la cigarette électronique, pauvreté des contenus internet, modification des actions de groupes Facebook et des reviewers vers des intérêts plus personnels. Le choix des explications est vaste et finalement je me garderais bien d’avoir la prétention intellectuelle d’expliquer cette chute vertigineuse de l’intérêt.

C’est comme les solutions, ce n’est pas mon rôle, d’autres le revendiquent ! J’informe en tout cas j’essaie et, à mon sens, c’est déjà pas mal !

Merci d’avoir pris le temps de me lire et bonne vape !

NicOo oO
at
Développeur, Community Manager dans la vraie vie, et maintenant blogueur insomniaque. Depuis ma première égo je suis devenu acheteur compulsif et passionné de vape.
  • Titan

    Et merci pour la recherche d’infos, ne serait-ce que pour la visualisation de states. Une explication reste possible à ce « déclin d’intérêt » relatif à une analyse du nombre de recherches web basées sur un vocabulaire spécifique, qui réside peut-être dans le fait que beaucoup de Vapers ont trouvé leur Graal, tant en boutiques physiques qu’en site internet, et que par conséquent, ils ne « cherchent plus » et se contentent de cliquer sur un lien favori et/ou foncent direct à la boutique du coin pour se ravitailler. Sans prétendre dire que c’est l’explication, je suppose que ce paramètre de comportement influence les states d’analyse de recherche pure parce que les gens « installés Vape » ne « cherchent » plus, ils savent où (ou ne pas) aller …

  • Yoann

    « Certains ont avancé l’année dernière qu’éventuellement le terme « cigarette électronique » était dépassé et que cela pouvait fausser ce genre de micro-analyse de niche. Je n’en crois rien. »

    Content d’apprendre que « je n’en crois rien » est une démonstration valable, ça vaut le coup de faire un billet pour conclure par ça hein.

    Sérieusement combien de vapoteurs expérimentés cherchent le terme « cigarette électronique » sur google? Probablement aucun.

    En effet pour étudier l’intérêt des non vapoteurs envers la cigarette électronique, le proxy utilisé (nombre de recherche de « cigarettes électronique » sur google) est adéquate, mais il ne représente en rien l’intérêt de ceux qui sont déjà passé à la vape.

    Et le fait que ce chiffre soit décroissant est normal : les gens les plus susceptibles de passer à la cigarette électronique sont les premiers à s’y être mit donc la nombre de recherche google augmente. Ensuite ils apprennent un vocabulaire plus précis et font des recherches avec d’autres mots clés, et certains vont même directement aller sur les sites désirés sans passer par une recherche google : donc moins de recherche de « cigarette électronique » sur google.
    Ensuite ce nombre pourrait se maintenir si il y avait toujours autant de personnes curieuses de passer à la cigarette électronique, mais comme toute nouveauté, elle s’essouffle et voit donc moins de nouvelles personnes l’adopter (pour les raisons il s’agit d’un mix d’une baisse de l’effet de mode, du travail de sape des médias et pseudos études etc…).

    Il n’y a donc pas une chute vertigineuse des l’intérêt pour la ecig, mais plutôt de moins en moins de personnes qui commencent la cigarette électronique.

    • Moins de nouveau, moins d’intérêt, non ? On parle de « société » ici, pas du microcosme des 15 000 vapoteurs « en ligne et informé ». (et encore, 15 000, je suis généreux)

      • Yoann

        Moins de nouveaux = tendance à la stagnation du nombre d’intéressés, mais ce n’est en rien une baisse d’intérêt.

        • Donc si je comprends bien ton raisonnement, moins de gens se renseignent sur la cigarette électronique ne veut pas dire qu’il y en a moins mais que c’est stable ? euh…. 10 – 8 ça fait toujours 10 ?

          Je me trompe ?

          • Yoann

            Les chiffres utilisés ne permettent absolument pas de conclure à une baisse de l’intérêt global pour la ecig, ils permettent juste de dire qu’il y a moins de nouvelles personnes qui s’y intéressent (puisque ceux qui s’y intéressent déjà n’emploieront pas le terme « cigarette électronique »).

            Le problème de l’article c’est qu’il fait une conclusion générale, alors que les chiffres ne permettent de caractériser que l’intérêt des « nouveaux arrivants ».

          • Ah ok, oui je suis d’accord, ça ne concerne en rien les déjà convaincus par la e-cig. ça montre seulement qu’il y a une baisse des primo-accédants et/ou de ceux qui s’y intéressent de loin.
            Pour la conclusion, désolé de ne pas avoir été assez précis là dessus mais tu répares la chose avec tes coms. 😉

          • Yoann

            Bon bah en fait on est d’accord 🙂

            Si on pousse le raisonnement à l’extrême : même si l’intégralité des fumeurs étaient passés à la cigarette électronique, après quelques recherches ils n’emploieraient plus ce terme mais feraient des recherches plus précises.

            Le problème c’est que selon la conclusion de l’article on assisterait alors à une baisse de l’intérêt pour la ecig alors que 100% des fumeurs y seraient passés…

          • Michel Schietecatte

            Peut être aussi le fait que plus il y a de vapoteurs,plus les « néo-vapoteurs » se renseignent auprès d’eux et,si leur conseils sont judicieux et éclairés ..moins les « néo-vapoteurs » vont faire de recherches ,ce qui fera décliner les stats ..?

          • Titan

            Comme tu le dis, certains des 14 ou 15 millions de fumeurs ne sont pas passés à la Vape même si quelques-uns ont tenté la chose sans insister, ce qui veut dire qu’il demeure tout de même un pb majeur, très représentatif de l’influence des médias sur le quidam de base. L’intox et la désinfo n’y sont pas étrangers, sans parler des déçus qui ont testé sans persévérer. Un détail est cependant à ne pas oublier, c’est la remontée récente des ventes de clopes … de là à y voir un rapport, éloigné ou pas, avec une baisse d’intérêt pour la Vape et une baisse de fréquentation des site web, il n’y a qu’un pas. Mais je doute que l’analyse soit si simple …

        • Yoann

          Si on pousse le raisonnement à l’extrême : même si l’intégralité des fumeurs étaient passés à la cigarette électronique, après quelques recherches ils n’emploieraient plus ce terme mais feraient des recherches plus précises.
          Selon l’auteur de l’article on assisterait donc à une baisse de l’intérêt pour la ecig alors que 100% des fumeurs y seraient passés…

  • Geoffroy Etienne

    En Belgique francophone, depuis quelques mois ça repart de plus belle, j’ai jamais vu autant de vapoteurs qu’aujourd’hui !
    Je pense, à vue de nez, qu’on doit être dans les mêmes proportions de la population majeure que pour la France il y a 2 ans.

  • einherjar34

    Et pour e-cigarette ? Car le terme e-cigarette est aussi trés répandu.

    • Je te dis ça dans 5′

      • einherjar34

        Autant le rajouter directement dans l’article. Aprés c’est sur que pour « vapoteuse », « vaporisateur personnel » c’est pas la peine de regarder. Et puis ça risquerait d’englober les vaporisateurs d’herbes séches.

    • 486 000 recherches en 2014 / 177 600 en 2015 / -66.5% pour la France
      4 416 000 recherches en 2014 / 2 952 000 en 2015 / -33.2% pour le monde entier

      donc flagrant en baisse pour la France et moins pour le monde.

      • einherjar34

        Ouai rien d’étonnant. De toute façon on le ressent sans même regarder les statistiques. Même dans la « communauté » au mieux ça stagne.

        • Ouais je suis passé sur V1J y a quelques jours et sur d’autres groupes pour voir un peu l’activité, on est loin de l’activité d’il y a un an malheureusement même au sein des reseaux des vapoteurs actifs.

Pin It on Pinterest

Shares