La vape Anglaise bien burnée


En matière de Vape, nos voisins d’outre-Manche sont décidément … couillus! Non contents d’avoir réussi à faire partie de l’Europe en ayant conservé, entre autres, leurs systèmes de poids et mesures, leur monnaie, leur conduite à gauche et leur propre écartement de rails de chemin de fer (pour sa construction, l’Europe s’est prostituée bien au-delà du raisonnable pour ratisser large, et la Suède commence d’ailleurs à s’en mordre les doigts avec le Snuss), ils ne se dégonflent pas et déclarent aujourd’hui à la face du monde que la Vape est pratiquement d’utilité publique. Les « Messieurs les Anglais tirent décidément encore les premiers » …

La France, supposée être un modèle d’exemple Européen est visiblement et définitivement bien larguée en la matière!

En fait, nos difficultés sont énormes et multiples:

1) « L’esprit vape » est très jeune, très loin d’être mature, pour les antis-vape de toutes formes comme pour les pros-vape. Il balbutie dans tous les domaines: comportemental, gestuel, éducatif, culturel, historique … Et il est de plus en perpétuelle transformation, amélioration, innovation …

2) Un grande partie des pros-vape ne se rend même pas compte qu’elle travaille contre elle-même pour au moins deux raisons.

Premièrement, dans l’aspect très « consensuel » du discours de ses représentants et associations. Le « consensuel » n’a jamais sauvé des vies dans la proportion systématique et factuelle « 78000 morts – zéro mort ». Il est en revanche très pratique pour d’une part être considéré par les antis-Vape comme une faiblesse émanant des pros-Vape, et d’autre part comme un excellent moyen de gagner du temps pour ces mêmes antis-Vape décideurs en leur permettant d’asséner rapidement des lois et des restrictions drastiques enrobées de belles phrases floues et généralistes à tiroirs (on est décidément et définitivement trop cons pour comprendre). Le consensuel est plus généralement pour un politique comme un contrat d’assurance dont les « petites lignes » sont prévues dans les 3000 pages qui suivent mais ne sont pas encore écrites. Mais attention! … Votre signature (leur arrivée au pouvoir) est déjà bien visible en bas de la dernière page.

Deuxièmement, le temps, la volonté et l’énergie dépensés inutilement en luttes intestines débiles qui monopolisent publiquement sur les réseaux sociaux notre propre attention au mauvais endroit. Ce type de connerie de gamin de 5 ans donne une bonne idée des différentes stratégies utilisables par l’Elite anti-Vape au pouvoir qui compte les points en spectateur, en lui indiquant du même coup nos points faibles et les meilleurs endroits pour nous poignarder. De plus on perd du temps.

3) L’enfant Vape vient de naître dans une petite maternité de campagne, les obstétriciens affirment qu’ils n’ont jamais vu un bébé (oui, oui … JAMAIS!) en aussi parfaite santé avec autant de promesses d’avenir, et qu’il n’aura par exemple … jamais besoin ou envie de sucre. Le vendeur de bonbons va faire la gueule et le dentiste n’aura plus un client pour soigner les dents cariées, dont plus de 50% meurent habituellement arrachées, décidément trop atteintes pour être guéries malgré des traitements odieusement onéreux. Une catastrophe, tout ça! Faut euthanasier le bébé et faire en sorte qu’il ne puisse surtout pas se reproduire. Il faut absolument conserver les vendeurs de sucre, les caries et les dentistes!

4) Le tandem MST/BTP commencent à se mêler du problème parce que l’un est l’autre perdent beaucoup d’argent. Il faut savoir qu’historiquement, et malgré les « mesures » prises (et notamment les énormes augmentations de prix/taxes pour « officiellement » combattre le fléau du tabac), JAMAIS une baisse des ventes de la tueuse ne s’était produite à ce point. Et il en est de même pour des substituts, les states montrent depuis longtemps que ça foire complet.

5) La mauvaise foi hurlante des pouvoirs publics, de l’OMS et du Conseil Européen qui, soudoyés par le tandem cité plus haut, prétextent un principe de précaution sans jamais le citer (ils laissent ça à leurs interlocuteurs) car pour en parler officiellement, il faudrait pouvoir situer un « risque » de grave danger identifié, vérifié, avéré et entraînant des dommages irréversibles, et là, y’a comme un problème …! Ils ont préféré au début parler d’un « principe d’exemplarité » (pourquoi pas?) conseillé par un VRAI représentant en santé publique qui (le pauvre) a le cul entre deux chaises. Il est partagé d’un côté entre la VRAIE VÉRITÉ, celle médicalement inoffensive qui dérange et qui représente une menace pour des intérêts financiers énormes, et de l’autre, la conservation de « ses petits copains d’association » comme il le dit lui-même, sans oublier les aides dont il a besoin pour continuer à exercer son art. Car le corollaire à tout ça, c’est la survie de l’hôpital et des services de santé qui, dans leur forme actuelle, sont programmés à disparaître. Et pour continuer à pérenniser les causeurs de pannes/maladies et les réparateurs/médecins, rien de tel que la mauvaise foi. Et plus c’est gros, mieux ça passe: « Le rapport que j’ai signé? je l’ai pas lu jusqu’au bout » (Dautzy), « Votre étude sur la passerelle finalement inexistante pour les jeunes? M’en fous, j’ai un truc émanant du Haut Conseil qui dit le contraire » (MST). Mais ça, c’était « avant ». Maintenant, on prétexte « un geste ».

Et c’est ce genre d’individu qui formatent et décident de la vie de millions de gens en justifiant une « estimation personnelle » basée aujourd’hui sur un simple « geste de séduction ou d’appartenance à un groupe » en dépit d’informations savamment et volontairement ignorées (les mensonges d’Etat ont toujours été extrêmement bien rémunérés). Pour reprendre une phrase lourde de conséquences d’une certaine Patricia de mes amies: « il faut absolument « protéger » (leur interdire) les jeunes du truc inoffensif (la Vape) qui peut les éloigner du truc cancérigène (la clope) dont 40 % d’entre eux sont dépendants et qui en tuera prématurément plus d’un sur deux! Au nom de « l’exemplarité » et plus récemment du « mauvais geste à bannir », interdisons la Vape en public, la pub, l’information réelle, les blogs et les forums au profit de l’intox de masse.

Avec le slogan stylé qui déchire: Life With Cancer For Ever.

6) Et enfin, la désinformation, la manipulation et l’intox distillées savamment par nos médias qui, bridés dans le fond, la forme et le temps de parole dédié aux sujets abordés, contribuent parfois malgré eux à diaboliser une solution pleine de promesses déjà vérifiées. A prêcher trop longtemps le faux (même avec un clin d’œil) pour savoir le vrai (reconnu et affirmé toujours trop rapidement avec réticence et du bout des lèvres), l’inconscient collectif ne retient que ce dont on a parlé le plus longuement et le plus fort, donc en l’occurrence le faux, c’est humain.

Mais d’autres problèmes sont à combattre … les clonages/imitations/contrefaçons, l’incompétence de certains revendeurs, une grande partie des médias corrompus friands de sensationnel planétaire basé sur des cas isolés sources de buzz et d’audience, les excès en tous genres, et surtout, surtout le « Moi j’men fous, ch’suis tiré d’affaire avec mon DIY » … Mais j’en oublie surement.

Accessoirement, et là je m’adresse à vous tous qui nous lisez, là, et surtout à ceux, silencieux, qui ne sont derrière que pour compter les points et prendre la température … Croyez-vous sérieusement que si la VAPE était VRAIMENT aussi dangereuse que ce que MST et tous les corrompus le prétendent, BIG PharmacoTobaco ne se seraient-ils pas déjà engouffrés dans la faille depuis longtemps? Qu’ils auraient ignoré le « Boulevard du grave-danger-identifié-vérifié-avéré-irréversible?

Pourquoi cherche-t-on à légiférer, interdire et taxer dans l’affolement général alors que rien de médical ou de scientifique ne l’impose ni même ne le conseille?

L’Etat n’aurait-il pas (par hasard) plus que jamais besoin de l’existence pérenne des cigarettiers et des 14 milliards de taxes annuelles que le tabac lui rapporte? Et des plus de 21 milliards de chiffre d’affaire que les tabaco-pathologies et leurs traitements inefficaces représentent? Et des économies réalisées par les caisses de retraites grâce aux morts prématurées induites?

N’en voilà des questions qu’elles sont bonnes …!

Il ne serait pas nouveau qu’un Etat empoisonne volontairement son peuple à des fins abjectement mercantiles pour lui fournir ensuite, et à prix d’or, un antidote inefficace …

Je pense que les Anglais nous donnent encore une fois une belle leçon, et que même si on greffait une paire de couilles au corps de la France, ce serait la paire de couilles qui rejetterait le corps.

  • Jean-Louis Méo

    Rien a rajouter tout est dit

  • Jeremy G.

    Il a combien de gardes-du-corps assurant sa sécurité rapprochée le type qui a inventé la cigarette électronique? Est-il au moins toujours en vie? 😛

    • Titan

      Le vrai inventeur? Non, il est mort. C’était Herbert A. Gilbert, fils de ferrailleur de Pennsylvanie. Il est le premier à avoir déposé un brevet concernant la cigarette électronique en 1965.
      Il est considéré comme le premier inventeur officiel de la cigarette électronique.
      Son projet, aussi innovant soit-il, ne connut jamais sa commercialisation.
      Le pharmacien chinois Hon Lik en a pompé l’idée en mettant au point un système capable de simuler l’action de fumer en émettant une vapeur nicotinique sans fumée.

Pin It on Pinterest

Shares