Review Box Reuleaux DNA200 par Wismec et Jaybo


Reuleaux par Wismec/Jaybo

La Reuleaux de Wismec et Jaybo aura su se faire discrète lors de sa sortie. Cette « petite » box, rapidement encensée par la communauté, est à l’heure où j’écris ces lignes, disponible nulle part.
Alors oui, c’est moche, on peut appeler ça « victime de son succès ». Et elle le mérite amplement.

Petit tour du propriétaire:

Spécifications techniques de la Reuleaux (plus de détails sur le DNA200 bientôt)IMG_1002
  • Dimensions: 50.20 x 39.20 x 83.80mm
  • Couleurs: Argent/anthracite
  • Pas-de-vis 510 sur ressort avec plot plaqué or
  • 3 X 18650
  • Chipset DNA 200 par Evolv
  • Puissance: 1-200W
  • Résistance: 0.05 à 3 Ohm
  • Températures: 100-300℃ / 200-600℉ (mode TC)
  • Capot d’accus aimanté
Et à l’utilisation ?

D’abord, on pourrait craindre qu’une box triple 18650 soit un parpaing à trimbaler dans sa poche. Alors OUI, dans la poche d’un slim, ça donnera l’impression qu’une troisième jambe est en train de pousser au niveau de votre hanche. Mais une fois en main, c’est un régal. Du haut de ses 360g (avec les accus et un SubZero (le dripper), donc en utilisation normale (car donner un poids a vide n’a pas de sens), elle pèse lourd, et ça peut être rédhibitoire, mais on s’y fait bien.

En terme de finition et de conception, c’est du grand art. Aucun jeu nulle part, des pièces qui s’emboitent bien, pas de bouton « clicky » (face a une VaporShark DNA40, comparable niveau tarif lors de sa sortie). Et justement en parlant de VS, la peinture de cette dernière était connue pour être catastrophique. Ici, ce n’est absolument pas le cas. Un copain fan de chemises a carreaux m’a soufflé que le revêtement de cette Reuleaux était une anodisation sur zinc. À l’usage, on dirait pratiquement une peinture de carrosserie, c’est tout et ça respire la solidité. En une semaine, et en la malmenant, notamment avec mes doigts bagués, aucun accro de peinture, aucune usure.

La trappe à accus tient très (trop) bien. Prévoir de ne pas se ronger les ongles pour l’ouvrir facilement quand même.

Les switchs ont l’air qualitatifs, le « Fire » bien plus que les boutons « plus » et « moins », un peu plus cheap, le « Fire » qui est d’ailleurs gravé du nom de Jaybo, concepteur de cette dernière. Nous y reviendrons.

Trois trous de dégazage/aération de chaque côté viennent finir l’ensemble (et 12 autres sous la box) pour lui donner un petit côté bagnole de course. On peut donc se dire que si un dégazage arrive, il aura de quoi « s’exprimer » sans risque, bien que le capot aimanté serait suffisant pour « respirer » en cas de soucis.

Le tout arrive dans une jolie boite avec un manuel (en anglais) sommaire et un câble USB.

« On fait le bilan » :

J’adore cette Reuleaux . Vraiment. La versatilité d’utilisation que procure le DNA200 et la compacité de la Reuleaux en font un duo ultime.
Ne souhaitant vraiment pas embarquer dans ma poche/main une batterie LiPo dont je ne suis pas fan de la chimie instable suite a un choc toujours possible et du manque de fiabilité dans la gestion de la charge d’Evolv, et disposant par ailleurs de 6 VTC4 (conseillées par Jaybo/Wismec) toutes neuves, c’était vraiment carton plein dans mon cahier des charges.
Alors oui, c’est grand, gros, lourd. Mais étant moi même grand-gros-et-lourd, on était fait pour s’entendre.

Jaybo (à qui l’on doit par exemple des drippers bien connu Tobh Atty, l’Indestructible) signe donc la « R&D », la conception, et Wismec, filiales de Joyetech, la fabrication. C’est un duo gagnant.  Pour moins de 200€, on profite d’une box bien finie, avec des accus connus et reconnus, remplaçables sans bricolage/soudure, et qui je l’espère, sera disponible massivement dans les prochains jours.
Une version de la Reuleaux avec un chipset Joyetech est sur les rails également, et pour moins chère (sous la barre des 100€)

En dripper, à 75w (double Clapton, 0,30 ohm), je tiens 12h loin d’un système de rechargement. À ce sujet, pensez bien à faire une vérification de « watt / heure » de vos accus via le logiciel dédié, les données d’usine étant totalement fantaisistes, mais nous y reviendrons dans l’article sur le DNA200 et son logiciel compagnon Escribe.

Le test du DNA200 ICI (bientôt).

Plus Moins
  • Les finitions
  • Triple 18650
  • Le DNA200
  • Le plot or sur ressort
  • La possibilité de mise à jour / Customisation du chipset
  • Poids
  • Taille
  • Disponibilité actuelle (épuisée même chez le fabricant)
  • Difficile à gérer sans Escribe (uniquement sur PC pour le moment)

N’étant en stock nulle part pour le moment à ma connaissance, une fois n’est pas coutume, je ne vous propose pas de lien.
Votre banquier me remerciera.

Edit : Dispo chez MFC pour le moment : ici

Pin It on Pinterest

Shares