Arrêtons de nous voiler la face !


Faisant suite à mon article sur les déclarations du Dr Konstantinos Farsalinos sur RY4 Radio Vaping quant à la mauvaise pratique consistant à pratiquer des dry burn sur les résistances potentiellement source d’intoxication par des particules de métal, je suis avec intérêt les réactions, commentaires des internautes, et autres articles de mes confrères sur le sujet.

C’est très intéressant de voir la multitude de réactions, tantôt documentées, tantôt alarmées ou encore apaisantes que cela produit. Bien entendu j’essaye d’évacuer dans mon observation, les haineux, les idiots ou encore les opportunistes qui publient à contre pied en oubliant le principe de précaution de base en l’absence des données que pourrait produire le Dr Farsalinos dans le but de se récupérer un peu de trafic sur le buzz, Bref…

La première chose qui me saute aux yeux c’est que certains éléments de la communauté ont tendance à oublier qui est le Dr Farsalinos. Simplement un des scientifiques qui apporte un maximum à la communauté de la vape, ça ne lui donne pas pour autant le droit d’être parole d’évangile mais ça devrait au minimum éviter à certain commentaire de tenter de le décrédibiliser parce que ce qu’il a déclaré pose problème dans nos pratiques, même si c’est des gros problèmes. C’est lui, par exemple, qui a démonté l’étude en condition de dry hit qui présentait la vape comme source d’ingestion de formaldéhyde.

Il sera bien temps une fois le choc passé d’affirmer ou d’infirmer les dires du Dr Farsalinos, et à lui même de nous apporter plus de précisions.

Au delà de ça encore, cette affaire pose des questions sur la perception interne de la communauté vis à vis de ses propres pratiques. La manière dont on se perçoit et dont on perçoit la vape en général, de notre point de vue de passionnés, ce qui n’est pas forcément tout le temps une bonne chose. A nous écouter la vape c’est pure, c’est safe, c’est tout beau, c’est tout rose. La tendance générale voudrait que la vape puisqu’elle n’est plus la clope est forcément complètement sûre, sauve des milliers de vies, devraient en sauver des millions.

Et pourtant peut-on être vraiment sûr de cela ? Je vous accorde qu’il est à peu près clair que la vape est moins nocive que le tabac, mais ce n’est pas une raison pour se croire intouchable et miraculeux et se présenter comme tel à la face du monde, à chaque déclaration, chaque rapport et chaque étude qui va dans le sens inverse de nos convictions et pratiques.

Que l’on essaye de faire bloc contre ce qu’on juge être de la désinformation et que l’on défende la vape c’est bien mais il faut garder notre part d’objectivité, ce qui nous permettra de mieux nous auto-juger et nous remettre en question face aux coups durs.

Il faut savoir admettre que tel ou tel liquide présente des caractéristiques ou des composants néfastes pour la santé et pour notre image, que telle ou telle pratique n’est pas bonne ou potentiellement dangereuse, que nous ne sommes pas à l’abri de découvrir quelque chose de grave. Si nous ne le faisons pas nous ne serons pas capable de défendre efficacement la vape, nous manquerons de crédibilité par manque d’objectivité, incapable de la développer, ni capable de lutter contre le tabac.

Nous sommes certainement tous des pionniers et comme me disait Bluetouff de Vape.li il y a peu « tous issus de la même addiction », et ce n’est pas facile d’en même temps être précurseur d’une pratique, de sauver sa propre vie et en même temps demeurer objectif et réaliste sur celle ci. Il le faut pourtant…

NicOo oO
at
Développeur, Community Manager dans la vraie vie, et maintenant blogueur insomniaque. Depuis ma première égo je suis devenu acheteur compulsif et passionné de vape.
  • Thomas CORNEC

    En attendant plus de données scientifiques, j’ai tout passé en temperature control.
    On ne sait jamais et j’ai tendance à faire confiance à ce grand défenseur de la vape.

    • Je pense que c’est une meilleure attitude que celle consistant à se dire que comme on a pas de données ben on continue…

      • Thomas CORNEC

        Ben c’est juste que je préfère faire le pari de Pascal.
        Et j’ai une confiance inversement proportionnelle en Farsalinos par rapport à MST.
        C’est dire si j’ai confiance en lui !!!! 😉

  • Asha Donoma

    je n’ai confiance en personne et encore moins aux scientifiques ce que je constate c’est que je ne fume plus depuis un an, qui puis est tout le monde a le droit de s’exprimer et non de tergiverser si les particules sont nocives parce que a ce moment la l’air, l’eau, la bouffe, ect sont pollués défenseur de la vape qu’il nous dise dans ce cas la que les medicaments que l’on prend pour certaines maladies ne sont pas aussi dangereux que les méfaits qu’ils traitent, même avec agréssivité on a le droit de réagir, pas étonnant que la communautée ce soit diviser et qu’il n’y est pas de solidarité, comme disent certaines personnes rewiewers laissez nous vaper sans faire une batteries d’études qui n’ont ni queues ni têtes a aller chercher la petite bestiole, a savoir du quoi et du comment et que l’on arrête de faire chier les gens avec cela et basta.

    BONNE VAPE

    • Thomas CORNEC

      Le seul moyen qu’on nous fasse pas trop chier c’est de multiplier les études sérieuses,comme ce que fait le Pr. FARSALINOS.
      Chaque étude sérieuse prouve que nous avons raison.
      Chaque attaque de la vape a été démontée par une étude scientifique de Farsalinos. Ne plus étudier la vape c’est laisser place à la désinformation.
      Après faut avoir le courage d’accepter que nous n’avons pas raison sur toutes les pratiques. On ne peut pas se réjouir quand une étude nous conforte dans notre choix et dénigrer le plus grand défendeur scientifique de la vape quand il ne nous brosse pas dans le sens du poil.
      C’est l’attitude qu’on reproche aux médias, au gouvernement, à la Commission Européenne , aux lobbies qui veulent notre mort.

      Rejeter les études c’est planter des clous dans le cercueil de la vape.
      Moi, je veux plein d’études. Mais scientifiques ou médicales et objectives.

      Je sais que j’ai eu raison de quitter le tabac pour la vape en décembre 2011. Je n’ai pas besoin d’études pour ça. Mais j’ai besoin d’études pour défendre la vape contre ses adversaires. Quitte à ne pas apprécier TOUTES les conclusions.

  • virtualgadjo

    enfin ! ça, ça fait du bien à lire, ça change de certaines énormités lues en réaction à ce qu’a dit farsa qui, comme tu le rappelles, est un ardent défenseur de la vape et vapoteur lui-même…

    • Hier star parce qu’il démonte les études à charge contre la e-cig, là critiqué parce qu’il ose prévenir d’un potentiel problème qui contrarie.

      La mémoire est parfois courte chez quelques uns lol effectivement

      • fred brj

        En effet et le fait que pas mal de vapoteur rejettent tout ce qui ne va pas dans le sens d’une nocivité presque nul rende les autres arguments réel sur le bénéfice de la vape nul…

Pin It on Pinterest

Shares